Comment progresser vers l'informatique libre

Cette fiche fait partie d'un ensemble d'outils pour aller vers la démocratie.

Cette page est une page pratique. Elle fait suite à la page d'introduction qui explique ce qu'est l'informatique libre et pourquoi il est nécessaire de s'y diriger. Si vous n'avez pas lu cette introduction nous vous invitons à le faire avant de passer à l'aspect pratique.

Sommaire :


Passer à l'informatique libre en 3 étapes

Introduction

Ce guide s'adresse notamment aux débutants, en tentant de leur permettre de surmonter d'éventuelles inquiétudes. Nous vous proposons une progression par étape : il est important de prendre le temps de se documenter et de s'habituer aux nouveaux outils. Cet investissement s'avèrera rentable grâce aux multiples avantages des outils libres.
Ce document vous guide simplement sur la démarche globale, les sources de documentations nécessaires seront indiquées par des liens.

Les principes exposés dans ce document valent pour l'ensemble du domaine de l'informatique. Les aspects pratiques ne concernent toutefois que les ordinateurs personnels. Pour libérer un appareil mobile (tablette ou smartphone), lire la page dédié à Android de la Free Software Foundation.

Plusieurs système d'exploitation libres sont en cours de développement pour les appareils mobiles : Replicant, CyanogenMod, Firefox OS / Boot To Gecko (Mozilla), Ubuntu pour Android et Ubuntu Touch (Canonical). A suivre donc... En attendant évitez d'acquérir des appareils Apple ou équippés du système Windows Mobile.

Facilité

Il est bien sûr plus simple d'adopter les logiciels et systèmes libres si l'on a pas encore utilisé l'informatique. Par contre les utilisateurs de logiciels et systèmes propriétaires devront changer quelques habitudes.

Les solutions libres ont pu avoir la réputation d'être des outils réservés aux mordus d'informatique (geeks). Ce temps est révolu depuis longtemps. Aujourd'hui les outils libres sont parfaitement accessibles au grand public. Pour l'usager, la prise en main des logiciels et du système d'exploitation libre est tout à fait similaire à celle des outils propriétaires, les aspects et les fonctionnalités sont très proches. Par certains aspects (notamment l'installation de nouveaux logiciels) le système GNU/Linux est même plus simple que Windows.

Fonctionnalités

Vous trouverez aisément des logiciels libres pour toutes les fonctionnalités ordinaires et avancées, y compris l'administration de postes multiples en réseau. Seules certains besoins professionnels très pointus nécessiteront peut être l'acquisition de logiciels propriétaires. Il est néanmoins parfois possible de faire tourner des logiciels conçus pour Windows sous GNU/Linux moyennant l'adjonction d'une couche d'abstraction supplémentaire (implémentation libre des API Windows) appelée Wine.

Compatibilité

Les logiciels libres encodent leurs documents dans des formats libres (ou peuvent les convertir). Donc les documents issus de ces logiciels sont compatibles avec le maximum d'applications. Si des incompatiblités existent, elles seront le fait de logiciels propriétaires qui ne prennent pas en compte les formats libres.

En ce qui concerne les matériels, particulièrement les périphériques, vous pourrez parfois rencontrer des incompatibilités avec les systèmes d'exploitation libres. En effet tous les conctructeurs ne font pas l'effort de produire des pilotes pour Linux et ne rendent pas leurs spécifications publiques. Plus nombreux seront les utilisateurs des systèmes d'exploitation libres plus les constructeurs auront intérêt à rendre leurs matériels compatibles. Renseignez-vous avant d'acheter (voir étape 3).

Réversibilité

Rien ne vous empèche de revenir à vos logiciels et systèmes propriétaires si vous n'êtes pas satisfait par un outil libre. En particulier nous vous proposons à l'étape 3 d'installer GNU/Linux tout en conservant votre système d'origine (configuration dual boot).
N'hésitez pas à tester de façon approfondie plusieurs outils avant de faire un choix. Le système GNU/Linux peut être testé sur votre machine sans avoir besoin d'être installé : il suffit de le lancer à partir d'un CD de démarrage (live CD).

Par étapes

Nous supposons que vous partez de la situation la plus courante : système d'exploitation Windows* et logiciels propriétaires Microsoft et autres. Nous vous proposons de (1) passer aux logiciels libres, (2) utiliser les formats libres, et (3) passer à un système d'exploitation libre. Le rythme de progression d'étape en étape vous appartient. Il peut être de quelques mois ou de plusieurs années. Il n'est pas nécessaire d'avoir complété une étape pour passer à la suivante : vous pouvez progressez parallèlement sur chaque étape.

*Si vous avez un ordinateur de marque Apple (système d'exploitation OS X) la démarche est la même. Certains logiciels libres peuvent être différents de ceux listés ci-dessous.

Etape 1 : passer aux logiciels libres

Remplacez progressivement vos logiciels propriétaires par des logiciels libres équivalents ou supérieurs. Si vous envisagez d'aller à terme jusqu'à l'installation de GNU/Linux, privilégiez les logiciels libres que vous pourrez retrouver sous cet OS.
Faites la liste des fonctions remplies par vos logiciels propriétaires et cherchez, pour chaque d'entre elles, un logiciel libre. Vous aurez d'ailleurs souvent le choix entre plusieurs logiciels : n'hésitez pas à vous documenter et à faire des essais pour sélectionner celui qui correspond le mieux à votre besoin.
Vous trouverez la plupart des logiciels libres dans la logithèque francophone Framasoft (www.framasoft.net). Vous y trouverez aussi de la documentation approfondie (Framabook), de l'aide sur un forum (Framagora) et bien d'autres choses.

L'un des avantages des logiciels libres est que vous pourrez bénéficier des dernières mises à jour dès qu'elles sont développées, gratuitement et - le plus souvent - automatiquement. Alors qu'avec un logiciel propriétaire payant il vous faudra attendre - parfois plusieurs années - la prochaine version et repasser à la caisse !

Tableau : liste des remplacements pour les fonctionnalités les plus courantes. Voir aussi la page Wikipedia : Alternatives libres aux logiciels propriétaires.

Fonction logiciel propriétaire à remplacer par notes liens vers téléchargement et documentation contenu du lien
Navigation web Microsoft Internet Explorer (IE) Mozilla Firefox (FF) et ses extensions (add-ons)

C'est le remplacement le plus recommandé.

FF est très supérieur à IE en terme de fonctionnalité et en terme de sécurité (notamment grâce à ses multiples extensions(2)).

Lors de l'installation de FF, vous pourrez importer vos favoris IE.

www.mozilla-europe.org/fr/

addons.mozilla.org/fr/firefox/
extensions.geckozone.org
www.mozdev.org/projects/applications/Firefox.html

Site officiel.

3 bibliothèques d'extensions.

Messagerie Microsoft Outlook (OL), Microsoft Windows Live Mail (WLM) Mozilla Thunderbird (TB) et ses extensions

TB est supérieur à OL et WML en terme de fonctionnalité et en terme de sécurité (notamment grâce à son filtre de spam à apprentissage bayésien et à ses multiples extensions(3)). De plus TB stocke les courriels dans un format standard, contrairement à OL et WML, ce qui les rend aisément compatibles avec d'autres logiciels de messagerie.

Lors de l'installation de TB, vous pourrez importer vos contacts, vos courriels et vos comptes de messagerie depuis OL et WLM (Installer l'extension ImportExportTools).

www.mozilla-europe.org/fr/products/thunderbird/

addons.mozilla.org/fr/thunderbird/
extensions.geckozone.org/Thunderbird

Manuel d'utilisation de Thunderbird : http://fr.flossmanuals.net/thunderbird/

Site officiel.

2 bibliothèques d'extensions.

Documentation.

Messagerie instantanée MSN, Skype, etc.

Pidgin, avec le réseau Jabber
et/ou
Firefox Hello

Pidgin est un logiciel multi-protocoles. Le protocole ouvert et standard est XMPP. Jabber est un réseau décentralisé utilisant XMPP.

Firefox Hello est une fonctionnalité du navigateur web permettant la communication voix et vidéo. Le protocole ouvert et standard est webRTC.

Lire notre fiche pratique pour utiliser XMPP.

www.mozilla.org/fr/firefox/hello/

 

Site officiel.

Lecture multimedia Microsoft Lecteur Windows Media (WMP) VLC
et/ou
Media Player Classic(1) (MPC)

VLC utilise ses propres codecs(4). Par contre MPC (comme WMP) utilise des codecs externes : nous vous recommandons donc d'installer K-lite mega codec pack : une librairie très complète de codecs (qui inclu le lecteur MPC).
VLC et le K-lite mega codec pack prennent en charge beaucoup plus de format audio et vidéo que WMP, en particulier les formats libres dont OGG Vorbis (audio) et OGG Theora (vidéo).

www.videolan.org

www.codecguide.com/about_kl.htm

VLC : site officiel.

K-lite mega codec pack : site officiel.

Gestionnaire de bibliothèque multimedia Microsoft Lecteur Windows Media (WMP) Amarok Permet d'organiser sa bibliothèque musicale. amarok.kde.org/fr Site officiel.
Edition de fichiers TXT (texte brut) Microsoft Bloc note (Notepad) Notepad2(1) Le format TXT est un format libre. L'éditeur fourni avec Windows, extrêment basique, ne supporte pas l'encodage Unicode(5). Notepad2 possède plus de fonctionnalités et une meilleure ergonomie, tout en restant simple. www.flos-freeware.ch/notepad2.html  Site officiel.
Archivage et compression WinZip (ou l'intégration dans Microsoft Explorer), WinRAR, etc. 7-zip 7-zip prend en charge pratiquement tous les formats de compression (sauf le format fermé ACE(6)). 7-zip utilise par défaut le format libre 7z dont les performances sont supérieures aux formats zip et rar.

www.7-zip.org

www.spiroo.be/7zip/

 Site officiel.

Site officiel.

Lecture de fichiers PDF Adobe Acrobat Reader (AR) SumatraPDF(1) Le format PDF est un format libre. Mais le logiciel le plus répandu pour sa lecture ne l'est pas.
SumatraPDF est beaucoup plus léger que AR, il ne prend en charge que les fonctions de base (lecture, recherche et sélection de texte) ce qui suffit en général amplement. Cela le rend plus sûr que AR, car les fichiers PDF peuvent contenir du code exécutable et donc des virus.

blog.kowalczyk.info/software/sumatrapdf/index.html

 Site officiel.
Conversion au format PDF - PDFCreate(1) Même si vous utilisez LibreOffice ou OpenOffice, il peut être utile de pouvoir convertir tout document (texte, image) en un document PDF. PDFCreate est une imprimante virtuelle(7). www.pdfforge.org  Site officiel.
Suite bureautique Microsoft Office (MsO) = Word, Excel, Powerpoint, Access LibreOffice (LibO) - anciennement(8) OpenOffice.org (OOo) - et ses extensions

Parmi les remplacements les plus courants, c'est celui qui vous demandera un peu plus d'investissement, bien que les différences entre les deux logiciels soient minimes. C'est aussi le remplacement le plus rentable financièrement.

LibO est au moins équivalent à MsO en terme de fonctionnalité, notamment grâce à ses extensions(9). De plus il peut exporter les documents au format PDF. Il crée ses documents dans le format libre et ouvert OpenDocument.

LibO peut lire et sauver les fichiers au format MsO (.doc .docx .xls .xlsx .ppt .pptx). LibO dispose d'un outil de conversion automatique qui pourra, le moment venu, transformer tous vos documents MsO en OpenDocument (voir étape 2).

fr.libreoffice.org

extensions.services.openoffice.org
libreplanet.org/wiki/Group:OpenOfficeExtensions/List

fr.openoffice.org/Documentation/Outils/index.html

Liste d'extensions commentées :
www.framasoft.net/rubrique423.html

Outils pour documents d'histoire et géographie :
ooo.hg.free.fr

Voir par exemple une fiche pour vous aider à passer sans douleur de Microsoft Office à LibreOffice/OpenOffice.org qui complète le framabook "Changez pour OpenOffice" :
www.framabook.org/openoffice.html

Fiche de LibreOffice sur framasoft.
Liste des tutoriels sur framasoft.

Site officiel.

Bibliothèques d'extensions.

Bibliothèque d'outils.

 

 

Documentations.

 

 

 

Citons encore, parmi les fonctionnalités courantes, la sauvegarde automatisée (avec Create Synchronicity), la retouche et l'édition d'images (avec The Gimp), le dessin vectoriel (avec Inkscape), l'animation 3D (avec Blender), l'extraction de CD audio (avec CDex), la fusion et le découpage de fichiers PDF (avec PDFSam) l'édition de pages html (avec KomPoZer), la comptabilité (avec Grisbi), la voix sur IP (avec Ekiga ou QuteCom et le protocole SIP - éviter Skype dont le protocole n'est pas standard).
Bien sûr les logiciels libres que nous citons ne sont que des suggestions (ce sont les plus utilisés dans leur domaine), vous pouvez en choisir d'autres.
Les sites officiels des logiciels n'ont pas toujours des pages en français, reportez vous à la notice framasoft du logiciel en question. Dans la plupart des cas les logiciels ont néanmoins une version française.

Notes :

  1. Ces logiciels sont spécifiques du système Windows, ils n'existent pas pour GNU/Linux, leurs fonctionnalités y étant déjà assurées par des outils préinstallés.
  2. Extensions recommandées pour Firefox : au minimum Adblock Plus (imaginez le web sans publicité...). Et aussi Update Scanner (pour être averti dès qu'une page est mise à jour), Lazarus (pour éviter de perdre le texte que vous venez de taper en ligne), FlashGot ou Video DownloadHelper (téléchargement des vidéos et autres fichiers). Pour votre sécurité contrôlez les cookies et les scripts avec Ghostery ou BetterPrivacy, Cookie Monster et NoScript (ces deux derniers outils nécessitent parfois d'être réglés pour permettre d'accéder à toutes les fonctionnalités d'un site) et privilégiez les connexions chiffrées avec HTTPS-everywhere.
    Ajoutez également à la barre de recherche les moteurs de recherche qui respectent votre vie privée, méta-moteurs : DuckDuckGo et IxQuick ou résultats Google anonymisés : Startpage. Vous pouvez même remplacer le moteur par défaut (Google) activé lors d'une recherche dans la barre d'adresse, en suivant la procédure décrite ici. Pour activer DuckDuckGo, saisissez la chaîne : https://duckduckgo.com/?kl=fr-fr&q=
  3. Extensions recommandées pour Thunderbird : Email Address Crawler (au moins au départ, après importation ou téléchargement initial de vos boîtes aux lettres, pour insérer automatiquement toutes les adresses courriels de vos correspondants dans des carnets d'adresses), Enigmail (pour assurer la confidentialité de vos courriels). Et aussi MinimizeToTray (minimise dans la zone de notification au lieu de la barre des tâches souvent encombrée). Pour importer vos courriels depuis un autre client de messagerie installez l'extension ImportExportTools.
  4. Un codec est un pilote qui permet de coder/décoder des flux audio ou vidéo dans un format compressé particulier.
  5. L'encodage des caractères internationaux répond aux normes Unicode. En utilisant l'un des encodage Unicode vous vous affranchirez du problème récurrent d'affichage des caractères spéciaux et accentués. Nous vous recommandons d'utiliser UTF-8 dans tous les logiciels (messagerie, éditeurs) où vous le pouvez.
  6. Si vous avez encore des archives compressées au format propriétaire ACE, dépêchez-vous de les convertir dans un autre format tant qu'il existe encore un logiciel capable de les lire !
  7. Imprimante virtuelle signifie que une fois installé, le logiciel apparaît dans la liste des imprimantes. Il est donc accessible à tout logiciel qui a une fonction d'impression. Il "imprime" dans un fichier et non sur papier.
  8. LibreOffice est la nouvelle suite bureautique dérivée de OpenOffice.org et développée par la fondation The Document Foundation.
    Nous recommandons LibreOffice, en effet depuis le rachat de Sun par Oracle, le caractère "libre" de OpenOffice.org n'est plus assuré. Ces menaces ont conduit la majeure partie des développeurs de OpenOffice.org à créer The Document Foundation et LibreOffice. LibreOffice contient toutes les fonctionnalités de OpenOffice.org, auxquelles s'ajoutent les améliorations de Go-oo et de nouveaux développements.
  9. Les principales extensions de OpenOffice.org sont intégrées de base dans l'installation de LibreOffice. D'autres (ex : Espace Insécable, pour la typographie en français) sont rendues inutiles car leur fonction a été intégrée dans LibreOffice.

Etape 2 : passer aux formats libres

Les formats à créer et utiliser

Commencer par éviter de créer de nouveaux documents dans des formats propriétaires, à chaque fois que vous avez le choix, privilégiez un format libre (ouvert).
Certains logiciels ne vous permettrons pas de lire ou de créer des fichiers ayant un format libre. Ces logiciels devraient être remplacés en priorité.
Certains matériels multimédia ne prennent pas en charge les formats libres : lors d'un achat, privilégiez les matériels compatibles avec le format OGG.

Table : correspondances entre principaux formats libres (ouverts) et propriétaires (fermés). Voir aussi la page Wikipedia : Alternatives ouvertes aux formats fermés.

  Document Image raster Image vectorielle Audio sans perte(1) Audio(1) Vidéo(1) Liste de lecture Archive  
principaux formats propriétaires à éviter doc, xls, ppt, pps, mdb, wps, wks, wdb tiff wmf pcm [aiff] wma, mp3, aac [mp4, m4a], ra [rm], amr wmv, mpeg, h.264 [mp4, m4v], swf, sorenson [flv], rv [rm], [mov], [avi], DivX asx, wpl, pls rar, ace, arj Plus de précisions
principaux formats libres à privilégier txt, html, xml, css, tex/dvi, OpenDocument Format (odt, ods, odp, odb, odg), ps, pdf jpeg, png svg flac, wv opus(2), vorbis [ogg], spx [ogg], mpc theora [ogv, mkv], VP8 VP9 [webm], Dirac [mkv] xspf 7z, tar, gz, bz2 Plus de précisions
autres (ouverts, mais avec réserves) rtf (existe extensions propriétaires), csv (non standardisé), Office Open XML (faux libre), dbf gif (tombé dans le domaine public), bmp   pcm [wav] midi Xvid m3u, m3u8 zip  

(1) Dans le cas des formats audio et vidéo, il faut faire la distinction entre le format d'encodage (codec) et le format du fichier (conteneur) qui contient le flux audio ou vidéo et d'autres informations, sous-titres, etc. Un type de conteneur peut souvent contenir différents types de codecs. Mais lorsqu'ils sont spécifiques l'un de l'autre, codec et conteneur (natif) portent le même nom. L'extension du fichier correspond généralement à celle du conteneur. Nous avons noté les conteneur entre crochets [ ], nous les avons omis lorsqu'ils ont le même nom que le codec.
Pour être libre, un fichier doit avoir à la fois un encodage et un conteneur libre.
(2) Opus est un nouveau (2012) format d'encodage audio libre, de performance supérieure à tous les autres formats de compression audio avec perte.

La nouvelle norme pour les pages web HTML 5 préconise l'utilisation de formats audio et vidéo libres pour les nouvelles balises <audio> et <video>. Les formats choisis étaient respectivement OGG Vorbis et OGG Theora play ogg (cliquer sur l'image), mais leur mention a disparu suite aux pressions de l'industrie (notamment de la société Nokia - Source : Wikipedia). Néanmoins le navigateur libre Firefox implémente ces deux formats (à partir de la version 3.5). Cela signifie que vous n'avez besoin d'aucun plug-in pour lire ces fichiers.

Avertissement : Microsoft tente de détruire le format libre OpenDocument (ODF) en utilisant sa stratégie habituelle face à la concurrence : Embrace, extend and extinguish ("Adopte, étend et étouffe" - lien Wikipedia). Ainsi la version MsOffice 2007 SP2 (de 2009) permet en théorie de lire et de sauvegarder les documents au format ODF. Mais il s'avère Microsoft a délibérément implémenté le format ODF de façon a empécher l'interopérabilité (qui est la raison d'être d'un format ouvert !) Ainsi MsOffice ne lit pas toujours correctement les formules dans les feuilles de calcul crées par les autres logiciels et sauvegarde lui-même certaines formules de façon qu'elles ne puissent être lues correctement avec les logiciels qui implémentent ce standard ouvert ! (à lire dans la version anglaise de l'article de Wikipedia précité).
Parallèlement Microsoft a introduit son propre format libre (un format libre propriétaire !) l'OpenXML (extensions .docx, .xlsx, .pptx) pour supplanter l'OpenDocument.

Conversions de fichiers

Lorsque vous vous serez habitué à la manipulation des formats libres, vous pourrez envisager de convertir tout ou partie de vos anciens fichiers ayant un format propriétaire vers un format libre.

En ce qui concerne les documents Microsoft Office, LibreOffice dispose d'un convertisseur automatique qui permet de traiter un ensemble de fichiers simultanément (traitement par lots / batch). C'est la méthode recommandée si vos fichiers sont simples (pas de macros). Tout au plus vous aurez quelques décalages dans la pagination. Après avoir vérifié que le résultat est correct (par sondage si vous avez beaucoup de fichiers), vous pouvez archiver les documents au format Microsoft Office. Désormais vous ne travaillerez plus qu'avec les documents au format OpenDocument.
Vous pouvez traiter d'une part les documents texte, puis les feuilles de calcul et enfin les présentations au fur et à mesure de votre prise en main des différents modules de LibreOffice.

En ce qui concerne les images, les sons et les vidéos, il existe des logiciels libres permettant d'effectuer également les conversions par lots(1). Toutefois en passant d'un format compressé à un autre vous risquez de perdre un peu de la qualité du signal. Faites des tests avant de tout convertir. En ce qui concerne les fichiers multimédia, la conversion est d'autant plus nécessaire si vous souhaitez partager ces fichiers avec d'autres personnes (par exemple en les mettant sur un site web).

Enfin en ce qui concerne les archives compressées, vous devrez d'abord les décompresser avant de pouvoir les recompresser ensuite dans un format libre.

(1) Pour les images : Phatch (lien vers la notice Framasoft) est très simple d'utilisation et s'utilise sous GNU/Linux, Windows et Mac OS. Pour les vidéos vous pouvez choisir Handbrake (assez élaboré, interface en anglais mais bien documentée), également disponible sous GNU/Linux, Windows et Mac OS.

Une démarche collective

Vous êtes passé aux formats libres, mais qu'en est-il de vos correspondants ? Continuent-ils à vous envoyer des fichiers dans des formats propriétaires ? Peuvent-ils lire les fichiers au format libre que vous leur envoyez ?

Passer aux formats libres vous aménera nécessairement à informer vos correspondants et à faire du prosélitisme pour les formats libres.

En effet vous trouverez sans doute assez pénible de recevoir des documents dans des formats que vous avez abandonné.
De votre coté vous leur fournirez des documents dans un format libre, toutefois il faudra vous assurer qu'ils ont l'information nécessaire pour pouvoir les lire. Personne n'est en droit d'exiger que vous fournissiez des documents au format Microsoft Office (sauf votre employeur s'il vous fourni Microsoft Office). La plupart des administrations utilisent maintenant aussi OpenOffice.org.
Si votre document n'a pas besoin d'être modifié par le destinataire, privilégiez le format PDF. S'il doit pouvoir être modifié, envoyez en OpenDocument. Si votre correspondant ne peut le lire et ne peut ou ne souhaite pas s'installer un nouveau logiciel, vous pouvez l'envoyer en HTML, en RTF voire en texte brut (TXT - ou CSV pour les feuilles de calcul).

Ci-dessous quelques modèles (adaptés de ceux de la FSF) que vous pouvez adapter et qui vous aideront à formuler des arguments pour inviter vos correspondants à de meilleurs pratiques.

Pas de pièce jointe propriétaire par courriel svp !

Modèle de réponse suite à la réception d'un document Microsoft Office :

Vous m'avez envoyé une pièce jointe dans un format Microsoft Office (Word, Excel ou Powerpoint), format propriétaire et secret, que je ne peux être certain de lire correctement. Je vous prie de me réexpédier votre document dans un format libre et ouvert (ODF, TXT, CSV, HTML - ou PDF s'il n'a pas besoin d'être modifié) afin que je puisse le lire.

Envoyer des documents MsOffice a de nombreux inconvénients :
- vous ne pouvez être certain que votre destinataire visualise le document de la même façon que vous s'il utilise une autre version du logiciel ou un autre logiciel ;
- les documents MsOffice peuvent être porteurs de virus, à votre insu ;
- les documents MsOffice contiennent des informations cachées, tels que des parties de texte que vous avez supprimé et des informations personnelles vous concernant ;
- les documents MsOffice sont plus lourds que l'équivalent dans un format libre : ils encombrent inutilement le réseau, nos boîtes aux lettres et nos disques ;
- cela pousse les gens à utiliser les logiciels Microsoft. Cela fait de vous un soutien du monopole Microsoft. Ce problème spécifique est un obstacle important à l'adoption de logiciels libres.
Pour en savoir plus visitez http://www.openformats.org/fr

C'est pourquoi, je vous prie de reconsidérer l'usage des formats que vous utilisez lors de vos échanges avec d'autres personnes.

Vous pouvez directement enregistrer votre document dans un format libre à partir de votre logiciel MsOffice* (Menu "Enregistrer sous..."), l'imprimer en PDF avec PDFCreator (http://www.pdfforge.org) ou utiliser une suite bureautique libre (comme LibreOffice : http://fr.libreoffice.org/).
*ATTENTION : Excel gère le format ODF (.ods) d'une façon partiellement incompatible avec les autres logiciels.

[ Je vous invite à prendre contact avec la personne qui gère votre poste informatique pour résoudre ce problème.]
Merci de votre compréhension.

Modèle de réponse suite à la demande d'un document Microsoft Office :

Ne possédant pas les logiciels Microsoft Office, il ne m'est pas possible, si je vous envoi le document au format MsOffice, de m'assurer que vous pourrez le visualiser tel que je l'ai créé. C'est pourquoi je vous envoi mon document dans le format libre XXX. Ainsi vous pourrez l'afficher correctement avec tout logiciel libre supportant ce format. Le format XXX peut être lu avec divers logiciels libres et gratuits (comme YYY).
[PDF : SumatraPDF : http://blog.kowalczyk.info/software/sumatrapdf/index.html]
[ODF : LibreOffice : http://fr.libreoffice.org/]

J'attire de plus votre attention sur le fait qu'envoyer des documents MsOffice a de nombreux inconvénients : [reprise des arguments de l'exemple précédent]

Modèles de signatures en accompagnement de l'envoi d'un fichier en format libre, ou simplement pour sensibiliser vos interlocuteurs :

-----------------------
J'envoie mes pièces jointes dans des formats libres. Le format Open Document (extension ODT, ODS, ODP...) peut être lu avec divers logiciels libres et gratuits (comme LibreOffice : http://fr.libreoffice.org/). Pour en savoir plus visitez http://www.openformats.org/fr
-----------------------
Aidez-nous à promouvoir l'informatique libre : évitez d'envoyer des pièces jointes dans un format propriétaire (ex : DOC, XLS, PPT...), envoyez plutôt vos pièces jointes en format libre (ex : ODF, TXT, CSV, HTML - ou PDF s'il n'a pas besoin d'être modifié). Pour en savoir plus visitez http://www.openformats.org/fr

Etape 3 : passer aux systèmes d'exploitation (OS) libres

Si vous envisagez d'acheter votre premier ordinateur, inutile de passer par la case Windows®, optez directement pour un ordinateur nu (sur lequel vous installerez GNU/Linux) ou avec GNU/Linux pré-installé (oui, on commence à en trouver !). Si vous êtes déjà habitué à Windows® ou à Mac®, vous aller pouvoir conserver votre OS propriétaire tout en installant à coté votre nouveau système d'exploitation libre.

Les principaux OS libres sont BSD (plusieurs variantes existent) destiné aux utilisateurs expérimentés et GNU/Linux. Ce dernier, le plus répandu, est fourni sous diverses distributions, certaines étant orientées vers le grand public et d'autres vers les utilisateurs expérimentés. Les distributions se distinguent par les logiciels et pilotes inclus par défaut, certains outils d'interfaces, les formats de paquets (éléments de programmes prêts à être installés). La plupart des distributions offrent le choix entre les principaux environnements de bureau et permettent d'installer les mêmes logiciels libres (des milliers...).

Pour débuter sous GNU/Linux nous vous conseillons de choisir une distribution orientée grand public, c'est à dire adaptée à l'usage sur ordinateur personnel et nécessitant le minimum d'opération pour être opérationnelle (directement compatible avec le maximum de matériels et de formats de fichiers). Une liste commentée des distributions se trouve sur le site distrowatch, vous y trouverez les liens vers la documentation et les communautés d'utilisateurs francophones de chacune des principales distributions.

Parmi ces distributions "grand public", nous présentons la distribution Ubuntu (basée sur Debian), proposée par la société Canonical. C'est la distribution la plus répandue chez les particuliers. Elle bénéficie d'une large communauté d'utilisateurs et d'une documentation bien fournie. Cette distribution existe en version 32 bits (pour les ordinateurs anciens ou disposant de moins de 3 Go de RAM) ou 64 bits.
Elle se présente également sous plusieurs variantes qui différent par l'environnement de bureau et les applications logicielles fournies au départ : Ubuntu est la version standard (bureau Gnome, interface Unity), Ubuntu Gnome propose l'interface standard Gnome shell, Kubuntu intègre un autre environnement de bureau, plus intégré et plus paramétrable (KDE), Xubuntu et Lubuntu sont des versions légères (resp. bureau Xfce et Lxde) qui conviennent aux ordinateurs anciens (ayant de faible ressources) et Edubuntu intègre des logiciels dédiés pour un usage pédagogique. Par la suite nous ne mentionnerons que Ubuntu mais cela vaudra pour toutes les variantes.

Se documenter

Le site obtenir GNU/Linux! répond clairement et simplement aux questions les plus fréquentes sur le pourquoi et le comment de la migration vers GNU/Linux.

Nous vous recommandons de commencer par lire le framabook "Simple comme Ubuntu", pour savoir un peu à quoi vous attendre et pour vous familiariser avec les concepts utilisés par GNU/Linux Ubuntu.
Ensuite parcourir rapidement les pages consacrées à l'installation sur la partie documentation du site www.ubuntu-fr.org. Cela vous donnera une idée des différentes options que vous aurez à choisir. En particulier vous devez réfléchir à l'avance au nombre et à la taille des partitions que vous allez créer au moment de l'installation. Par ailleurs si vous installez GNU/Linux sur une machine où Windows® était préinstallé, vous devez prendre des précautions, pour le cas où votre ordinateur serait tatoué.

Ubuntu-fr

www.ubuntu-fr.org

Site de la communauté francophone de la distribution GNU/Linux Ubuntu. Documentation très détaillée et forum.

Ubuntu Manual Project ubuntu-manual.org Livre guide téléchargeable gratuitement ou disponible en version papier à l'achat : "Premiers pas avec Ubuntu". Environ 140 pages. (A jour.)
Framabook

www.framabook.org/ubuntu.html

Livre guide téléchargeable gratuitement ou disponible en librairie : "Simple comme Ubuntu". Environ 300 pages. (Concerne la version d'Ubuntu de fin 2010, mais reste largement instructif.)

Si vous avez des incertitudes, des appréhensions ou des difficultés, rien ne vaut le contact personnel : cherchez un parrain près de chez vous parrains.linux.free.fr (francophonie), ou un Groupe d'Utilisateurs Locaux (G.U.L.) : aful.org/gul ou www.ubuntu-fr.org/gull.

La compatiblité des périphériques est le point le plus incertain. Vous pouvez vous renseigner sur les différents sites (ci-dessous) où les utilisateurs indiquent le résultat de leurs expériences. Renseignez-vous avant d'acheter tout nouveau périphérique. Il est déconseillé d'acheter un périphérique qui vient d'apparaître sur le marché : laissez aux développeurs le temps de réaliser un pilote, s'il n'est pas fourni par le constructeur.
Même si vous n'êtes pas encore prêt à utiliser GNU/Linux, n'hésitez pas à tester votre nouveau matériel à l'aide un CD de démarrage de GNU/Linux... et à l'échanger s'il n'est pas compatible.

Certifié Ubuntu webapps.ubuntu.com/certification/ Base de donnée d'ordinateurs certifiés compatible avec Linux Ubuntu.
Doc Ubuntu-fr doc.ubuntu-fr.org/materiel Base de donnée de matériel compatible ou non avec Linux Ubuntu.
Ubuntu.com wiki.ubuntu.com/HardwareSupport/ Base de donnée de matériel compatible ou non avec Linux Ubuntu.
Linux Hardware Compatibility Lists & Linux Drivers www.linux-drivers.org Annuaire des listes de compatibilité matérielle pour Linux
The Linux Documentation Project : Linux Hardware Compatibility HowTo www.tldp.org/HOWTO/Hardware-HOWTO/ une base de donnée de matériel compatible ou non avec Linux.
Linux hardware compatibility list linuxhcl.com une base de donnée de matériel compatible ou non avec Linux.
SANE project www.sane-project.org Base de donnée de scanner compatible ou non avec Linux.
The Linux foundation www.openprinting.org/printer_list.cgi Base de donnée d'imprimantes compatible ou non avec Linux.

Avant d'installer : tester

Nous vous recommandons d'attendre au moins 1 mois après la sortie d'une version d'un OS avant de la télécharger et de l'installer, puis de faire aussitôt les mises à jour automatiques qui vous seront proposées si vous êtes connecté à l'Internet.

GNU/Linux Ubuntu est téléchargeable sous la forme d'un CD capable de démarrer l'ordinateur (live CD). Vous pouvez insérer le CD et allumer votre machine, Ubuntu se lancera et fonctionnera depuis le CD sans affecter votre configuration actuelle. Cela vous permettra de voir si les composants de votre ordinateur, vos périphériques et votre connection Internet sont reconnus et fonctionnent d'emblés. Si ce n'est pas le cas, tout n'est pas forcément perdu, toutefois des manipulations supplémentaires seront requises après l'installation pour que tout fonctionne (la documentation en ligne vous guidera).

Installer, tout en conservant le système propriétaire

Si vous avez un second ordinateur dans votre foyer, connectez le à l'Internet pour avoir la documentation sous les yeux. Sinon prévoyez d'imprimer les pages les plus importantes : celles concernant les débuts de l'installation et l'établissement de la connexion Internet.
Dès que possible établissez la connexion Internet (si vous en disposez), cela vous permettra d'accéder au reste de la documentation et de télécharger les paquets éventuellement nécessaires pour faire fonctionner les composants et périphériques qui n'auraient pas été pris en charge d'emblée.

Une fois l'installation ainsi effectuée, vous aurez donc deux OS à votre disposition. Le choix s'effectue au démarrage de la machine.
Si vous avez Windows, les données enregistrées sur les partitions gérées par Windows (de type FAT ou NTFS) sont accessibles par l'un ou l'autre des OS. Vous pouvez laisser vos données sur cette partition partagée ou les déplacer vers une partition de Linux (dans ce dernier cas seul Linux y aura accès - il existe des utilitaires pour permettre à Windows® d'y accèder néanmoins, nous ne les avons pas testés).
Si vous aviez déjà réalisé l'étape 1, vous devriez retrouver vos logiciels libres habituels sous GNU/Linux. Au cas où vous seriez resté très attaché à un logiciel qui ne fonctionne que sous Windows®, vous pouvez tenter de le faire fonctionner quand même sous Linux grâce à Wine : une implémentation libre des API Windows® sous Linux. Vous trouverez sur le site WineHQ une liste de logiciels déjà testés.

Après le paramétrage du système, il est recommandé de fournir une documentation personnalisée. Vous pouvez adapter notre "petit guide l'utilisateur de GNU/Linux" générique (format OpenDocument) à votre cas particulier.

Quelles pourraient être les raisons qui fassent que vous démarriez encore Windows® après avoir installé GNU/Linux ?

Si vous avez un second ordinateur dans votre foyer, vous pouvez envisager, plutôt que de conserver les deux OS sur la même machine, d'installer GNU/Linux seul sur une machine (procédure plus simple) - celle qui, après les tests, a la meilleure compatiblité matérielle - et de conserver Windows® sur l'autre.

Après : partager votre expérience

Tout d'abord vous irez sur l'un des sites traitant de la compatiblité des matériels pour signaler les compatibiltés ou incompatibilités que vous avez rencontrées.
Ensuite vous ne manquerez de prévenir vos proches et de leur faire admirer votre nouveau bureau. Et peut-être bientôt vous solliciteront-ils pour que vous les aidiez à passer à leur tour à un OS libre.
Vous pouvez également contribuer à la documentation en ligne, participer aux forums et rejoindre un groupe d'utilisateurs locaux.

Liste de fournisseurs alternatifs de services Internet

Sélection de fournisseurs remplissant la plupart de ces critères : associatif ou indépendant, protégeant la vie privée, utilisant des licences libres, à prix modique ou gratuit (financés par les dons) et sans publicité. (Lire aussi : pourquoi payer pour des services que l'on peut obtenir gratuitement ?)

Plus de détails sur les services fournis, dans le fichier table-services-internet-fr.ods.
Voir aussi une séléction de solutions et de fournisseurs alternatifs sur le site free.korben.info

Nature du service URL Langue(s) / descriptif

Associations promouvant l'Internet solidaire et non marchand.
Offre de service variés.

www.iris.sgdg.org
www.gitoyen.net
www.globenet.org

Imaginons un réseau Internet solidaire
Gitoyen
Globenet
Fournisseur d'accès Internet (FAI)

www.fdn.fr
no-log.org

FDN : FAI associatif. Fourni liaison ADSL sur abonnement. (FTTH - fibre optique - en projet.) Inclu courriel, news, listes de diffusion.
No-log : FAI associatif (Globenet). Fourni liaison RTC - bas débit - facturée à la communication. Inclut courriel. (actuellement complet, 2009)
Navigation anonyme www.torproject.org The Onion Router : logiciel libre d'anonymisation + réseau de serveurs volontaires.
Compte de courriel et webmail

www.fdn.fr
no-log.org
www.gandi.net
www.ouvaton.coop
www.apinc.org
www.lautre.net
www.rezocitoyen.org
www.toile-libre.org
www.legtux.org
www.globenet.org/Globenet-hebergement.html
www.tuxfamily.org
www.kazar.net
www.lost-oasis.fr
www.marsnet.org
lescigales.org
www.webalternative.org

Service inclus avec la fournitude d'accès Internet ou l'hébergement de site web ou blog (voir à ces rubriques).
Compte de messagerie instantanée jabber.apinc.org
L'association APINC fourni le service normalisé de messagerie instantanée (protocole XMPP, réseau Jabber) : serveurs im.apinc.org et jabber.fr
Serveur de news (usenet) www.fdn.fr Inclu dans le service FAI.
Gestion de listes de diffusion

listes.rezo.net
www.fdn.fr
www.ouvaton.coop
www.apinc.org
www.lautre.net
www.rezocitoyen.org
www.toile-libre.org
www.globenet.org/Globenet-hebergement.html
www.marsnet.org

Rezo.net : le portail des copains (ex-L'Autre portail)

Autres : service inclus avec la fournitude d'accès Internet ou l'hébergement de site web ou blog (voir à ces rubriques).



Pétition en ligne petitions.agora.eu.org Association Alterezo : réservé aux militants belges
Planification de réunion et vote framadate.org Equivalent libre de Doodle, par Framasoft
Rédaction de texte collaborative framapad.org par Framasoft
Microblogging identi.ca Equivalent libre de Twitter
Enregistrement de nom de domaine (registrar) www.gandi.net
www.eu.org/fr/
Gandi SAS : registrar alternatif (accrédité à l'ICANN).
eu.org propose des sous-domaines gratuits.
Autorité de certification (pour connexion sécurisée) www.cacert.org
Cacert délivre des certificats gratuitement.
Hébergement de site web (à prix modique et sans publicité). Inclut en général courriels et listes de diffusions

www.ouvaton.coop
www.rhien.org
www.lautre.net
www.apinc.org
www.globenet.org/Globenet-hebergement.html
www.toile-libre.org
www.legtux.org
www.tuxfamily.org
www.kazar.net
www.lost-oasis.fr
www.marsnet.org
lescigales.org
www.webalternative.org
www.fdn.fr

Ouvaton : coopérative d'hébergement Internet.
Réseau d'Hébergeurs Indépendants Engagés Non-marchands : ensemble de petites structures d'hébergement.
L'Autre net : hébergeur alternatif autogéré.
Association pour la Promotion de l'Internet Non Commercial.
Globenet.
Toile libre. Prix libre.
Legtux. Prix libre.
Tux family : pour projets liés à l'informatique libre.
Kazar.
Lost Oasis S.A.R.L.
Mars Net : pour les projets militants dans le Sud-Est.
Les cigales (société).
Webalternative (Québec).
French Data Nework : service inclus avec la fournitude d'accès Internet

Hébergement de blog

www.rezocitoyen.org
fr.wordpress.com

www.gandi.net

Rezo citoyen : site d'information alternatif. Inclut courriel et listes de diffusion.
Wordpress.com : hébergement gratuit avec l'outil libre Wordpress.
Gandi : service gratuit inclus avec l'enregistrement d'un nom de domaine.
Hébergement de forum ww2.les-forums.com les-forums.com : gratuit et sans publicité.
Hébergement de fichiers commons.wikimedia.org (multimedia)
www.dogmazic.net (audio)
Wikimedia Foundation : fichiers multimedia sous licence libre
Association Musique Libre : musique sous licence libre
Moteur de recherche

duckduckgo.com

ixquick.com

ssl.scroogle.org
ssl.scroogle.org/scrapfr8.html (recherche des pages en fran çais)

startpage.com

DuckDuckGo : méta-moteur, anonymise vos recherches (développé par le projet TOR et l'EFF).
Plug-in pour Firefox : mycroft.mozdev.org/search-engines.html?name=duckduckgo

IxQuick : méta-moteur, anonymise vos recherches. L'outil de recherche peut également être inclu sur votre site pour permettre une recherche interne.
Plug-in pour Firefox : mycroft.mozdev.org/search-engines.html?name=ixquick

Scroogle : permettait - depuis 2003 - d'effectuer une recherche sur Google sans laisser de traces (cookies, adresse I.P.). Censure : début 2012, Google a bloqué ses recherches puis les sites de Daniel Brandt, l'activiste créateur de Scroogle, ont été victimes d'attaques, ce qui a conduit à leur disparition. Détails sur Wikipedia (an anglais).

Startpage : même fonction que Scroogle (proposé par IxQuick). L'outil de recherche peut également être inclu sur votre site pour permettre une recherche interne (à condition que les pages soient référencées sur Google).
Plug-in pour Firefox : mycroft.mozdev.org/search-engines.html?name=startpage


Traduction en ligne  ?  
Annuaire en ligne

www.dmoz.org/World/Fran%C3%A7ais/
www.lesannuaires.com/annuaire-alternatif.html

Dmoz
Liste d'annuaires alternatifs
Encyclopédie en ligne

open-site.org
fr.wikipedia.org

Encyclopédie libre (licence GNU FDL) et collaborative.
Encyclopédie libre (licence cc: by-sa) et collaborative.
Cartographie www.openstreetmap.org
Cartographie libre (licence cc: by-sa) et collaborative. Lire l'article de SebSauvage

Cette fiche peut être améliorée grâce à vos contributions : nous contacter.

Retour au dossier informatique libre                            Vers les autres fiches pratiques


Mouvement International pour une Ecologie Libidinale (M.I.E.L.) - www.ecologielibidinale.org - Dernière mise à jour le 10 février, 2012
copyleft paternité - non commercial - partage s/s conditions identiques, pour tous les textes de ce site (sauf mention contraire).