Brèves

Cette page présente des actualités diverses en rapport avec l'idéologie et les pratiques contemporaines de la société capitaliste globalisée, ainsi que des efforts vers l'émancipation. Ce recueil n'a aucun caractère systématique.
La page des actualités présente, quand à elle, les actualités de notre association, ainsi que quelques autres évènements en lien direct avec nos propres actions.

item Signez l'initiative pour le revenu de base

Jusqu'au 14 janvier 2014 : signez l'initiative citoyenne européenne pour le revenu de base (1 million de signatures européennes permettront que la question soit débattue par les institutions européennes.)
Si vous êtes citoyen Suisse, une initiative populaire fédérale est en cours (80 000 signatures recueillies en mars sur un objectif de 100 000 au 21 avril 2013) afin d'obtenir un débat parlementaire et une votation sur la question.

itemLe futur de l'Internet : vers le totalitarisme numérique ?

L'informatique interconnectée (l'Internet) est une nouveauté technologique susceptible de bouleverser la société. En effet pour la première fois dans l'histoire chaque personne dispose des moyens de transmettre informations et savoir-faire à toute autre personne. Alors que jusqu'à présent les moyens de diffusion étaient pour l'essentiel sous le contrôle des puissances politique et financières. Ayant pris conscience de la menace que cela représente pour leur domination, ces puissances tentent désormais d'anihiler le potentiel subversif de l'Internet en le contrôlant et en le censurant. La bataille pour la liberté d'expression est l'une des plus cruciale du moment. Lire notre page détaillée : Le futur de l'Internet : vers le totalitarisme numérique ? Pour en savoir plus et agir, voir le site de l'association La Quadrature du Net.

- avril 2014 : la Communauté Européenne va bientôt voter un texte pouvant remettre en cause la neutralité de l'Internet.
- avril 2013 : la Communauté Européenne va bientôt voter une révision de la directive ayant trait aux données personnelles.
- avril 2013 : les multinationales du copyright essayent d'inclure des DRM dans les spécifications futures du web (HTML5) Stop the Hollyweb! No DRM in HTML5.(pétition de la FSF en anglais, cliquer sur l'image).
- août 2012, France : censure du Net et atteinte à la neutralité du réseau : sombres perspectives.
- 4 juillet 2012 : grâce à la mobilisation des activistes de l'Internet libre, le parlement européen enterre ACTA. Après l'abandon du projet SOPA aux Etats-Unis, une nouvelle bataille est gagnée. Mais la guerre du cartel du copyright - et des gouvernements - contre le partage des connaissance et la démocratie continue.
- 1er janvier 2012 : la censure policière de l'Internet (c.à.d. sans décision de justice) entre en vigueur en France. Derrière le prétexte de lutter contre la "pédo-pornographie", l'outil mis en place aura pour but d'une part de défendre le monopole des multinationales du copyright contre les "pirates" et d'autre part d'exercer une censure politique (cf. l'affaire copwatch). Censure de l'Internet : la France bientôt pire que la Chine ?
- Un rapport de l'ONU s'oppose aux politiques de censure et de contrôle (eG8, ACTA, HADOPI, LOPPSI, etc.)
- Le piège des DRM (Gestion des Droits Numériques) et de "l'informatique de confiance" : voir la campagne "les 7 péchés capitaux de Windows 7".
Lire notre fiche pratique sur l'informatique libre et comment y accéder .

item mars 2013 : la multinationale Nestlé condamnée

Communiqué de presse d'Attac Suisse du 19 mars 2013 : motivations du jugement condamnant au civil les sociétés Nestlé et Securitas pour l'espionnage de l'association Attac Vaud (Suisse).

Par ailleurs une autre plainte a été déposée contre Nestlé pour "homicide involontaire" Voir le documentaire du Magazine TV Temps présent de la RTS, émission du 28 février 2013 : Contre Nestlé jusqu'à la mort, traitant de l'assassinat de syndicalistes employés par Nestlé dans divers pays du Tiers-monde. (Également visible sur Dailymotion.)
On se souviendra également que la promotion par Nestlé de son lait en poudre pour l'alimentation des nourrissons (à la place du lait maternel) causa dans les années 1970 une hécatombe dans des pays où l'accès à l'eau potable est difficile - voir par exemple ici.
Pour en savoir plus sur Nestlé, consulter le site de l'ONG Suisse Multiwatch.

Le géant agro-alimentaire Nestlé n'est qu'un exemple qui illustre les pratiques des multinationales. La recherche d'expansion et de profit à tout prix qui les caractérisent les conduit inévitablement, non seulement à exploiter consommateurs et travailleurs, mais aussi à des pratiques criminelles. Pratiques favorisées par le poids économique de ses sociétés qui leur confère de facto un pouvoir politique et corrupteur majeur.
Les exemples ne manquent pas. Pour rester dans le domaine agro-alimentaire, citons la multinationale États-Unienne United Fruits - renommée depuis Chiquita - mélée à de nombreux coup d'états militaro-fascistes en Amérique Latine. Sa concurrente directe la Standard Fruits - renommée depuis Dole - n'a sans doute pas grand chose à lui envier dans ce domaine.

A noter : l'appel au boycott (la seule arme du consommateur) est devenu illégal en France depuis 2010 - voir par exemple ici. A quand l'interdiction du droit de grève ?

item Devinette : quel est le point commun entre l'autorisation de mise sur le marché de l'aspartame et les attentats du 11 septembre 2001 ?

L'aspartame est un édulcorant de synthèse, très largement utilisé comme susbstituant du sucre dans le nombreux produits alimentaires "light" et dans des médicaments. Des études ont montré qu'il entraînait des dommages cérébraux sur des animaux de laboratoire. Il devrait faire l'objet d'une réévaluation par la Communauté Européenne en 2013.

Donald Rumsfeld et l’aspartame : la recette magique

L’aspartame est découvert accidentellement en 1965 par James Schatter, un chimiste du laboratoire G.D. Searle. Dès le printemps 1967, des tests sont effectués pour faire enregistrer cet additif par la toute puissante FDA (Food and Drug Administration) qui réglemente aux USA le marché des aliments et médicaments. Mais les tests réalisés sur les singes par l’université du Wisconsin s’avèrent catastrophiques. En 1971, le Docteur Olney démontre que l’acide aspartique, un des ingrédients de l’aspartame, provoque d’importants dégâts sur le cerveau des animaux de laboratoire. Et en 1974, après avoir approuvé un emploi limité de l’aspartame, la FDA demande une procédure pénale, ayant découvert de nombreuses erreurs dans les tests de toxicité présentés par la Searle. Les choses tournent mal pour le laboratoire pharmaceutique.

Mais en juin 1977, tout va changer. Searle offre la présidence à un nouveau dirigeant, Donald Rumsfeld. Et la situation se débloque, une série d’évènements heureux arrive en même temps que l’ancien patron du Pentagone sous l’administration Ford : le procureur chargé de l’enquête pénale démissionne de ses fonctions et rejoint le cabinet d’avocats de Searle. L’enquête est abandonnée. En janvier 1981, le nouveau président Ronald Reagan arrive à la Maison Blanche, et les néoconservateurs sont de retour à Washington. Reagan nomme à la tête de la FDA Arthur Hull Hayes, ancien chercheur pour le Pentagone, qui autorise la mise sur le marché de l’aspartame en juillet 1981, passant outre l’avis du comité scientifique qui avait jugé le produit impropre à la consommation. Quelques mois plus tard, une troisième étude, financée par Searle, blanchit l’aspartame. En juillet 1983 l’autorisation est étendue aux boissons et soda. Une fois l’affaire entendue, Arthur Hull Hayes démissionne et se fait embaucher par le cabinet de relations publiques de Searle. Searle est racheté par Monsanto en 1985, pour un milliard de dollars. Selon un article du Chicago Tribune, la famille Searle reverse, pour ses bons et loyaux services, douze millions de dollars à Donald Rumsfeld, recruté ensuite comme conseiller par la banque d’affaires William Blair qui a joué le rôle d’intermédiaire dans la vente…

Le marketing bâtira le succès de l’aspartame sur une diabolisation du sucre et les ventes exploseront, tout comme les cas de conflits d’intérêts concernant les "experts" qui valident les études sanitaires tout en vendant leurs services à l’industrie. L’aspartame est autorisé en France depuis 1988, et c’est aujourd’hui l’édulcorant le plus utilisé au monde.

Source : extrait du livre de Lalo Vespera, La parenthèse enchantée (à paraitre en 2013), publié ici.

Rappelons que le néoconservateur Donald Rumsfeld est, au moment des attentats du 11 septembre 2001, à nouveau patron du Pentagone (c'est à dire Ministre de la Défense).
Pour en savoir plus sur l'aspartame et les conditions de son autorisation, visionner par exemple le documentaire Faux sucre, vrai scandale.

item 2012 : La fin de l'habeas corpus aux États-Unis : une régression de plusieurs siècles

Le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique légalise la détention arbitraire : désormais l'armée pourra détenir toute personne suspectée de lien avec le "terrorisme", indéfiniment et sans procès (voté au Sénat le 16 décembre 2011). Début 2013 un memorandum du Ministère de la Justice justifie l'assassinat de personnes considérées comme une menace. La cellule spéciale chargée de ces exécutions extra-judiciaires est désormais officialisée.
L'habeas corpus est un principe de droit qui protège les individus contre l'arbitraire du pouvoir étatique.
Ce vote intervient dans un contexte où le mot "terrorisme", dont la définition par l'usage qu'en font les media, les politiciens ou les entreprises devient de plus en plus large. On ne parle plus de militants anti-capitalistes mais d'anarcho-terroristes. On ne parle plus de militants écologistes mais d'éco-terroristes.

item février 2013 : Le réalisateur du film Gasland arrêté et placé sur la liste des terroristes potentiels aux États-Unis

Gasland est un documentaire sur les dégats provoqués par l'extraction du gaz de schiste.
Josh Fox a déclaré : « La vérité que la fracturation contamine les eaux souterraines est officialisée, et aucune tactique d'intimidation ou d'arrestation de journaliste ne changera rien aux conclusions scientifiques ».

item Démocratie réelle maintenant : changeons de régime.

Exigeons la constitution d'une Assemblée Constituante (signer la pétition et participer aux travaux préparatoires). "Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir : Assemblée Constituante et Conseil Constitutionnel doivent être TIRÉS AU SORT" (Le Plan C, lien vers le site d'Etienne Chouard).
L'instauration d'une véritable démocratie suppose l'abolition du processus électoral et du carriérisme politique, sources de corruption. Une vraie démocratie est nécessairement une démocratie directe (les citoyens adoptent les lois), les délégations de pouvoir (rédaction des textes - le droit doit être simplifié pour être lisible par tous et non contournable -, exécutif, justice) doivent être attribuées à des personnes tirées au sort, révocables à tout moment et devant rendre des comptes. Les mandats étant de courte durée et non renouvelables.

Pour changer radicalement, nous devons nous extraire de la pensée idéologique véhiculée par la novlangue : penser l'impensable, exiger l'impossible et porter l'imagination au pouvoir.

item Automne 2011 : la crise des dettes publiques

On nous serine qu'elle est due à l'excès des dépenses publiques, et que donc la seule solution est la "rigueur" (mot de la novlangue signifiant casse des services publics, privatisations et réduction des salaires). Or cela est faux : la dette publique résulte presque exclusivement des intérêts que les Etats payent aux banques privées pour pouvoir se financer. En effet les Etats se sont progressivement interdits le recours à la "planche à billet" depuis les années 1970. Par ce mécanisme de la dette, toutes les richesses sont siphonnées par les banques. Lire notre page détaillée : la crise des dettes publiques.

item 11 mars 2011 : Fukushima

Sortir du nucléaire. "Il est urgent de choisir une civilisation énergétique qui ne menace pas la vie." Bernard Laponche (entretien sur Telerama.fr)


Mouvement International pour une Ecologie Libidinale (M.I.E.L.) - www.ecologielibidinale.org - Dernière mise à jour le 10 février, 2012
copyleft paternité - non commercial - partage s/s conditions identiques, pour tous les textes de ce site (sauf mention contraire).