La fin du capitalisme

Les limites du capitalisme

La crise bancaire et financière mondiale de 2007 (dite "des subprimes") est une convulsion d'un système économique qui a atteint ses limites et qui est en train de sombrer dans le chaos.
Les limites sont d'abord physiques : le capitalisme a mis en coupe réglé la planète Terre, mais celle-ci est limitée. C'est d'ailleurs pourquoi la course à la conquête de la Lune est aujourd'hui relancée par les grandes puissances qui espèrent y trouver de nouvelles sources d'énergie permettant de prolonger la vie du système.
Les limites sont aussi proches d'être atteintes en ce qui concerne la colonisation des biens et services publics (privatisation et marchandisation).
Or le système capitaliste a intrinsèquement besoin de croissance - pour payer les intérêts de l'endettement (le mécanisme par lequel les banques syphonent l'ensemble des ressources de la planète). La croissance va se trouver endiguée par ces limites à l'échelle mondiale et donc entrainer un changement de système économique.

Lire l'un des derniers textes du philosophe André Gorz : La sortie du capitalisme a déjà commencé, diffusé le 16 septembre 2007 (sur netoyens.info).
Lire également l'analyse du sociologue Immanuel Wallerstein : Le capitalisme touche à sa fin (Le Monde, 11 octobre 2008).

Le changement de système technique

Une autre évolution qui condamne la capitalisme a disparaître est le changement de système technique : le passage de la société industrielle à la société de l'information.
Le système technique est l'ensemble des connaissances sur le monde et des technologies maîtrisée par une société donnée, d'où découle une conception du monde et une organisation de la production. L'histoire des sociétés humaines est fortement conditionnée par leurs systèmes techniques. (Lire Jacques Ellul - Le système technicien).

Le système économique et politique de l'oligarchie capitaliste s'est progressivement mis en place lors du précédent changement de système technique. Lorsque le commerce et l'industrie ont supplanté l'économie basée sur la production agricole et l'artisanat. Le système économique et politique d'alors (le féodalisme) n'était plus adapté aux nouvelles conditions techniques. La révolution marchande et industrielle a fait émerger une nouvelle classe sociale, possédant la richesse : la bourgeoisie. C'est cette classe qui est à l'origine des révolutions (étalées dans le temps en fonction de l'avancée technique des différents pays) qui ont mis fin au système féodal. (Quelques dates : Angleterre 1640, France 1789, Russie 1917(1).)

Aujourd'hui une nouvelle évolution du système technique est en train de bouleverser les conditions de production. La maîtrise des systèmes d'information a permi l'automatisation des chaines de production. La richesse matérielle n'est plus créée par la force de travail mais par la compétence qui a été incorporée dans les machines(2). La conséquence en est que la plupart des produits matériels peuvent être produits pour un coût dérisoire (lié à la consommation de matière première).

La production automatisée nécessite des investissements lourds, mais ceux-ci se trouvent rapidement amortis par la commercialisation en grande série. (C'est pourquoi la consommation doit être uniformisée et massifiée, ce à quoi s'emploi la manipulation publicitaire.)

L'exemple des productions qui peuvent être numérisée est le plus flagrant : les oeuvres numérisées peuvent être dupliquées à l'infini pour un coût quasi nul.
De plus la numérisation introduit un bouleversement dans le mode de transmission des biens : alors que dans un échange marchand, le vendeur cède une marchandise à l'acquéreur, un bien numérisé est simplement dupliqué : le "vendeur" reste en possession du bien. Ces nouvelles conditions de transmission entrent en contradiction avec le système commercial capitaliste. L'objet cédé (un fichier informatique) a une valeur matérielle nulle. De nouvelles façon de rémunérer les créateurs doivent donc être mises au point, et la fin même du droit d'auteur est envisageable. Au lieu de cela on voit le lobby du divertissement essayer de lutter contre les "pirates" par des moyens répressifs (ex: en France les lois HADOPI de 2009) qui entravent la libre circulation des oeuvres et portent gravement atteinte aux libertés individuelles. Et la bataille du droit d'auteur n'est qu'un début. Lire : Richard Stallman avait raison depuis le début ainsi que la traduction de la conférence de Cory Doctorow "la guerre qui vient contre l'informatique généraliste".

Lire aussi : Le XXIème sera libre ou ne sera pas, un point de vue (trop ?) optimiste.

Pour en savoir plus sur la révolution informationnelle et ses conséquences, lire les deux derniers chapitres du cours d'histoire de l'informatique de Gérard Verroust.

Et maintenant ?

Le système économique et politique actuel (le capitalisme) n'est plus adapté au nouveau système technique apporté par la révolution informationnelle. Nous sommes donc en train d'entrer dans une nouvelle période révolutionnaire qui verra le remplacement du capitalisme par un nouveau système.
Le système économique qui correspond aux nouvelles conditions de production est la gratuité. Quand au système politique, il pourrait tout aussi bien être une dictature technoscientiste qu'une véritable démocratie (le pouvoir du peuple). L'évolution future des sociétés dépendra de notre capacité à reprendre l'initiative en matière politique (redevenir des citoyens).
Il est évident que la bourgeoisie oligarque fera tout pour essayer de maintenir ses privilèges et son pouvoir. Actuellement, elle réagit comme elle l'a toujours fait lorsque son pouvoir a été menacé : elle vire au fascisme (rappelons au passage qu'elle est à l'origine des deux guerres mondiales). Cela augure de lendemains sanglants, à moins qu'elle ne comprenne qu'elle a plus intérêt à se reconvertir plutôt que d'essayer de se maintenir à l'aide de dispositifs obsolettes qui seront tôt ou tard balayées.
Aujourd'hui nous entrons dans une phase de l'histoire qui ouvre la possibilité pour les peuples de peser sur leur destin. Ne laissons pas échapper cette opportunité d'établir une véritable démocratie. C'est en fonction de ce but que nous proposons quelques pistes stratégiques.

Et pour commencer tout de suite à faire barrage au néo-fascisme : agir contre les projets de loi de censure d'Internet. Préserver la liberté d'expression sur Internet est crucial pour l'avenir, les autres médias de grande diffusion étant déjà quasiment tous sous contrôle.

Notes :
(1) La révolution Russe a établi un capitalisme d'état correspondant à la domination de l'armée et des bureaucrates.
(2) Ceci n'est pas encore réalisé dans les pays où la main d'oeuvre est encore très bon marché.


Mouvement International pour une Ecologie Libidinale (M.I.E.L.) - www.ecologielibidinale.org - Dernière mise à jour le 10 février, 2012
copyleft paternité - non commercial - partage s/s conditions identiques, pour tous les textes de ce site (sauf mention contraire).